Notre histoire

Les débuts

La première communauté des Frères de Miséricordieux est née en 2000 lorsque le Père Igor Simonovis, alors prêtre diocésain de quatre petites communautés paroissiales du Val d’Arzinc (Concordia-Pordenone), rencontra lors d’un pèlerinage un jeune garçon italo-argentin, Julian González, qui il lui demande de l’aider à discerner la volonté de Dieu pour lui. Après une période de prière et de discernement, avec l’aide de son père, Julian décide de suivre le Seigneur dans la prêtrise, même s’il ne comprend toujours pas où. Sur les conseils du père Igor, le jeune homme reste en prière dans une retraite spirituelle afin de discerner son appel plus précisément. Pendant la retraite, avant d’aller au presbytère du p. Pour compléter son discernement vocationnel, Simonovis demande avec une grande intensité dans la prière: « Où voulez-vous que je vous suive, Seigneur? ».

Le 11 septembre 2000, Julian atteint la p. Simonovis dans le presbytère, désireux de lui raconter une expérience vécue curieuse: lors de l’adoration eucharistique, il avait compris que la volonté de Dieu était de fonder une nouvelle communauté masculine qui vivrait et proclamerait la miséricorde de Dieu révélée à Soeur Faustine et réalisée à l’aide des fondations de la congrégation féminine par don Michele Sopoćko. Cette condamnation avait immédiatement trouvé sa confirmation dans un passage du JOURNAL de Santa Sister Faustina, capturé entre ses mains à ce moment d’adoration. En lisant le passage, le jeune homme était convaincu que cette nouvelle communauté aurait particulièrement dû accueillir l’invitation du Seigneur de prendre soin des enfants. Quand il est venu de p. Simonovis, Julian était convaincu que cette communauté masculine n’avait pas encore été fondée dans l’Église. Au départ, P. Igor a catégoriquement refusé d’accepter cette intuition. Après seulement un an et demi de prière et de discernement sur les événements survenus dans la petite communauté naissante, la force de la grâce et l’évidence l’ont conduit à croire qu’il ne s’agissait pas d’une invention mais de la volonté de Dieu. plus de garçons ont commencé à arriver. Ensemble, ils ont commencé à organiser une vie de travail et d’étude, de formation théologique, de moments de formation dans la vie consacrée et d’approfondissement des divers domaines de la spiritualité de la Miséricorde. Ainsi naquit la première communauté.

Les signes de la volonté de Dieu

Dans toute cette affaire, le p. Simonovis souligne cette obéissance à son père spirituel, le p. Oreste Marcato, était d’une importance fondamentale. En réalité, le père Marcato l’a encouragé à voir et à espérer que le bon Dieu lui ferait tout comprendre en son temps. De nombreux signes de la Divine Providence ont aidé p. Simonovis à comprendre que l’inspirateur de sa communauté était Don Sopoćko. L’un de ces signes était la présence des Sœurs de Jésus Miséricordieux en Italie. La congrégation féminine fondée par Don Sopoćko dans les années 40 à Vilna (Vilnius, en Lituanie) avait ouvert pour la première fois une nouvelle maison dans le diocèse de Pordenone le même mois et le même jour (11 septembre 2000) où Julian était arrivé dans son presbytère De nombreux autres signes ont accompagné les débuts de la communauté, mais le signe le plus important et le plus déterminant de la Providence a été l’approbation officielle de sa communauté le 11 juillet 2005 par le cardinal Joseph Audris Backis, archevêque de Vilnius, Cité de la Miséricorde. la communauté a pu vivre la spiritualité de la Miséricorde précisément là où la sainte image de Jésus miséricordieux a été peinte et exposée pour la première fois au public et où elle est encore présente aujourd’hui pour la vénération des fidèles.Le même lieu où Soeur Faustine a reçu le chapelet de la Miséricorde et où, pendant des siècles, l’icône de Marie Mère de la Miséricorde (Ostra Brama) était déjà vénérée.

Les lieux du projet

Au début, la Providence, par l’intermédiaire du cardinal Bačkis, a confié aux frères une maison près de l’église de Santo Stefano. Après un chapitre en 2008, il a été décidé d’ouvrir une maison de formation en Italie. Après une rencontre des frères avec le Saint-Père François en 2013, le même pape a confié en 2015 au cardinal Bassetti la communauté actuellement située dans deux maisons en Italie. Un centre de formation situé à Pantanelli, dans la municipalité de Baschi (Terni), et le sanctuaire de la Madonna delle Grondici (Tavernelle, Panicale), situé dans le diocèse de Pérouse. Un foyer plus contemplatif se trouve au Brésil dans les diocèses de Marilla. En outre, il existe deux autres projets d’ouverture d’une maison au Vietnam et un autre au Paraguay.

Last Updated on

RSS
Facebook
email