Comment nous vivons

Nous vivons une vie simple qui alterne des moments de prière, de travail, de vie fraternelle, d’étude et de formation et de mission.
En particulier, il y a trois colonnes dans lesquelles se fonde et dans lesquelles notre charisme s’incarne:
1-union avec Dieu 2-vie fraternelle 3-mission.

1- Union avec Dieu

C’est la première des colonnes en importance. « Le frère de Jésus miséricordieux doit prier toujours et partout » (coût 3.8) « rien ne peut remplacer notre vie de prière » qui « doit être protégée par un climat de silence indispensable » (coût 3.8). Pour cette raison, nous consacrons chaque jour des moments forts de prière en communauté et personnelle. Parmi les prières communautaires effectuées chaque jour figurent la prière liturgique de l’Office divin (Office de méditation et de lectures de Lodi, Ora ora, Vespri e Compieta), le Saint Rosaire, l’heure de la Divine Miséricorde avec la méditation de la Passion du Christ et le chapelet de la miséricorde divine, l’adoration eucharistique et la messe sacrée dans lesquels nous « célébrons, proclamons et offrons la miséricorde de Dieu pleinement révélée par l’incarnation rédemptrice de Jésus-Christ » (coût 3:10). Le vendredi, jour de silence et de jeûne pénitentiel, ajoutons également le Chemin de Croix pour méditer plus intensément sur la Passion de Notre-Seigneur et sur la lectio divina communitato.
En plus de ces moments communautaires, nous chérissons des moments de solitude et de silence pour une prière personnelle « à l’imitation de Jésus qui a gravi la montagne seul et s’est rendu dans des endroits isolés pour prier. Nous réservons également du temps pour être seul avec le Seigneur (cost3.28).

2- Vie fraternelle

« Le nouveau commandement de l’amour mutuel fonde notre vie fraternelle » (coût 4, 1). La vie fraternelle est une caractéristique de notre communauté dans laquelle nous cherchons à créer et à promouvoir un climat familial et confiant. Chaque jour, un temps est spécialement consacré à cet objectif. La miséricorde expérimentée et reçue intimement dans la prière se répand alors dans la vie fraternelle avant même la mission. Une fois que nous pouvons utiliser la miséricorde avec le frère voisin, nous pouvons facilement l’exercer et la vivre fructueusement dans la mission. La charité fraternelle se manifeste notamment par le pardon mutuel, raison pour laquelle nous pratiquons chaque semaine la demande du pardon communautaire. Cette charité fraternelle surnaturelle est originaire de Dieu et se termine en lui pour cette raison: l’Eucharistie est la source et le sommet de notre vie fraternelle et le sacrement de la pénitence est sa renaissance et sa médecine.

3- Mission

La mission ne découle pas de la nécessité de se sentir occupée par quelque chose d’utile ou utile, mais de l’expérience de la miséricorde de Dieu vécue dans la communauté et qui se répand ensuite spontanément sur tous ceux que le Seigneur nous appelle à servir. L’exercice de la miséricorde englobe trois domaines: la prière, les paroles et les actes. « Notre vie ministérielle s’étend essentiellement en trois dimensions: a) contemplative: d’intercession pour obtenir la miséricorde b) prophétique: annonce de la miséricorde divine c) charitable: œuvres de miséricorde. « La miséricorde divine est sa volonté de faire du bien à tous ceux qui souffrent pour tout type de manque et ne sont pas capables de se remplir d’eux-mêmes » (Bienheureux Père Michael Sopoćko). C’est pourquoi nous nous adressons plus particulièrement aux pauvres et aux nécessiteux et toute misère matérielle et morale peut devenir l’objet de notre mission. Cependant, la plus grande misère est la pauvreté morale. Le pécheur qui a besoin de pardon est celui qui a le plus à cœur. L’administration du sacrement de la pénitence est l’un des centres de notre mission. Une autre catégorie de personnes à qui nous nous sentons particulièrement appelés à vivre notre mission sont les enfants en difficulté, en particulier les orphelins en quête de paternité.

Last Updated on